Amiens – AJA : Auxerre c’est le Brésil…

…on danse la samba. On va de ville en ville, gagner le championnat ! 🔵⚪️

Ce sont plus de 2500 supporters qui ont rempli la tribune Sud du Stade la Licorne pour fêter la montée et le titre !

C’est fait, l’AJA va remonter en Ligue 1 et c’est devant son public que les auxerrois ont confirmé à 99,99% cet objectif en s’imposant face au Paris FC la semaine dernière. Cette victoire a d’ailleurs aussi offert le titre à 99,99%. Mais comme pour prolonger la fête, il fallait attendre cette 37ème journée pour valider officiellement tout ça. C’est sûrement pour être sûr de ne pas louper cette fête que plus de 2500 auxerrois se sont déplacés à Amiens pour garnir le Stade de la Licorne, un record ! On remercie d’ailleurs le club d’Amiens d’avoir fait de la place à nos supporters, un très beau geste de leur part.

Malgré cette position plus que confortable, les auxerrois ont démontré rapidement une envie certaine de bien finir ce championnat. Et ceci s’est principalement illustré par un pressing intense et très haut de la part de l’AJA. Malheureusement, dans le premier quart d’heure de jeu, Lassine Sinayoko a surement joué ses dernières minutes de jeu cette saison car il a dû sortir à cause d’une gêne intense à la cuisse, remplacé par Issa Soumaré.

L’AJA l’a donc joué à la force tranquille sur cette première période en profitant de la crainte amiénois de nos talents offensifs pour les faire reculer et profiter de centres ou d’incursions dangereuses pour apporter du danger sur la cage de Régis Gurtner. Malgré tout, c’est sur le score de 0-0 que les deux équipes sont rentrées au vestiaire.

Ce danger s’est poursuivi en seconde mi-temps, dont une action litigieuse où Issa Soumaré est totalement bousculé dans la surface sans que l’arbitre ne donne penalty ! Mais cet élan offensif a libéré des espaces aux amiénois qui ont, eux aussi, eu des énormes occasions qui ont poussé Donovan Léon, puis Clément Akpa au sauvetage !

Puis, à la 71ème minute, les auxerrois ont cru voir leur fête gachée sur une sortie loupée de Donovan Léon qui ne touche pas l’attaquant mais lui donne l’opportunité de plonger dans la surface pour un penalty presque logique… Mais Dono’, comme désireux de réparer cette erreur de lui-même, le repousse en plongeant sur sa droite ! Et notre portier a remis ça, à la 81ème minute, en sortant magnifiquement dans un 1 contre 1 qui sentait la fête gachée à plein nez, mais que Dono’ stoppe de justesse pour tenir le 0-0 !

Par la suite, malgré les entrées de Maddy et Mensah, les auxerrois semblaient déjà à la fête en multipliant les imprécisions, empêchant d’apporter un réel danger dans le dernier quart d’heure, ce qui laissera probablement les 2500 supporters auxerrois sur leur faim, eux qui rêvaient d’un petit but pour exploser de joie. Mais nous nous contenterons sans problème des souvenirs de cette saison réussie de nos joueurs pour fêter ce titre !

On est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions !

Auxerre obtient donc son premier trophée depuis 2005 et cette victoire en Coupe de France face à Sedan, et Christophe Pélissier devient le premier entraineur de l’AJ Auxerre, après notre emblématique Guy Roux, a offrir un trophée à l’AJ Auxerre ! C’est une superbe nouvelle ligne au palmarès de notre club qui vient féliciter une saison pleine de maîtrise et de supériorité de la part de ce groupe ! On connaissait la puissance de notre équipe mais peu auraient pu imaginer une saison aussi maîtrisée avec une domination quasi constante sur ce championnat. Il ne reste plus qu’à faire la fête, tous ensemble au stade le 17 Mai face à Concarneau au Stade de l’Abbé Deschamps ! L’occasion de fêter le retour au premier plan d’un monument du football français ! 🔵⚪️

Article publié le 10 mai 2024

Élisez le Joueur du Match de #ASCAJA

📥 Élisez votre Joueur du Match suite à ce match contre Amiens pour la 37eme journée de Ligue 2 ! ⬇️

TS Poll - Loading poll ...
Article publié le 10 mai 2024 - 6 commentaires

Amiens, on arrive !!

L’avant-dernière journée de la saison nous voit nous déplacer au stade de la Licorne à Amiens. Que dis je, nous déplacer… C’est une vraie invasion qui va se produire ! Au moins 2500 supporters de l’AJA se rendrons demain en Picardie. Toute une tribune nous a été réservée, au grand dam des habitués de l’ASC.

Ce sera donc le plus gros déplacement, en nombre de supporters, pour un match de l’AJA en championnat. De mémoire de Lucien Denis, c’est du jamais vu !!

Pour vous faire patienter jusqu’au coup de sifflet à 20h45, on retrouve le 11 amiénois qui s’est de nouveau prêté au jeu des questions. Ils ont aussi sorti une interview de notre coach que vous pouvez retrouver ici.

Bonne lecture la TeamAJA et vivement demain !

TeamAJA : Hello le 11 amiénois, comment allez-vous depuis août ?

Le 11 amiénois : Tout va bien.

TeamAJA : Parlez nous de votre saison jusqu’ici ?

Le 11 amiénois : Une nouvelle saison de transition se termine à Amiens. Après avoir fait illusion un temps, Amiens est rentré dans le rang. La faute à un projet de jeu trop restrictif, à une attaque pas assez performante, Louis Mafouta – auteur de 15 buts – étant l’arbre qui a caché la forêt. Certains présumés cadres comme Jérémy Gélin et Gaël Kakuta ont été défaillants, la faute à des performances en deçà des attentes, à des blessures ou des suspensions.

Résultat, Amiens n’est pas parvenu à s’inviter dans la course, pourtant très ouverte et au rabais, au top 5. Si cela peut laisser un goût d’inachevé, cette équipe n’avait ni les armes, ni la mentalité pour aller voir plus.

TeamAJA : Est-elle en adéquation avec les objectifs fixés en début d’exercice ? (Lors de la 1ère interview vous nous aviez dit vous voir entre la 8ème et 12ème place)

Le 11 amiénois : Sur le papier, il n’y a rien d’incohérent à retrouver Amiens entre la 8e et la 12e place. C’est à peu près la réalité économique (8e budget, 6e masse salariale). Maintenant, au-delà des résultats, il y a l’image dégagée. Tout au long de la saison, le stade n’a eu de cesse de se vider, quand bien même il fera le plein pour Auxerre et le retour de Christophe Pelissier. Le tout à cause d’un spectacle de triste qualité, avec seulement deux victoires sur les 13 derniers matches à la maison, à peine 17 buts inscrits sur l’ensemble de la saison, des scénarios frustrants comme les nuls dans le temps additionnel contre Bordeaux et le Paris FC ou encore la défaite contre Pau après avoir mené de deux buts.

Un sentiment de lassitude a fini par gagner les supporters, qui subissent désillusion sur désillusion. L’an passé déjà, un gros début de saison avait suscité beaucoup d’espoirs. Finalement, Amiens avait attendu l’avant-dernière journée pour se maintenir. Cette saison, sans jouer avec le feu, Amiens n’a pas non plus rallumer la flamme dans le coeur de ses supporters.

TeamAJA : Avec le recul, qu’est ce qu’il vous a manqué pour espérer plus au classement ?

Le 11 amiénois : Plus d’ambition dans le jeu. Amiens a laissé filer de précieux points en se recroquevillant sur lui à de nombreuses reprises, que ce soit contre Paris ou encore QRM dernièrement. La semaine dernière, avec deux buts d’avance et en supériorité numérique, Régis Gurtner a encore évité pareil scénario à Bastia. Il a aussi manqué d’une attaque digne de ce nom. Si Louis Mafouta affiche de belles statiques, avec notamment 1 tiers de ses buts sur les trois derniers matches, il était bien trop seul.

Comme depuis le retour en Ligue 2, John Williams a loupé son recrutement offensif. Comme attendu, Andy Carroll n’a été qu’un coup médiatique, un joueur pas du tout à adapter au projet de jeu initial, avec un pressing haut et de la transition rapide. Aussi sympathique soit-il, il n’a plus le niveau pour avoir un réel impact sur la durée. En ajoutant les flops Abdoul Tapsoba et Maxime Do Couto, la greffe beaucoup trop timide Mounir Chouiar, un Gaël Kakuta en mode intermittent du spectacle et un Antoine Leautey qui a fini par se démoraliser, on obtient la deuxième moins bonne attaque du championnat. Rédhibitoire pour aller plus haut.

TeamAJA : Une grosse polémique agite les réseaux amiénois suite à la cession de votre tribune sud aux supporters auxerrois, quel est votre sentiment sur cette situation ?

Le 11 amiénois : Encore une fois, Amiens a manqué son coup. Ce qui heurte les supporters de l’Amiens SC, au-delà du fait qu’un quart du stade a été cédé à Auxerre, c’est d’apprendre la nouvelle sur Twitter, par le biais d’un post du club bourguignon. Qui plus est qu’une opération commerciale avait été lancée deux jours plus tôt, avec des places à tarif réduit dans la tribune en question. En 48 heures, des supporters ont donc été délogés. Pire encore, des abonnés ont appris par un autre club qu’il allait devoir changer de tribune, sans avoir d’information précise tout de suite. Cet épisode démontre encore les grosses lacunes du club en matière de communication et de respect de son public.

Pour ce qui est du principe de cette opération, on peut toujours dire que c’est sympathique de la part de l’Amiens SC, parler de fair-play, de sécurité en ne mélangeant pas les supporters. Maintenant, il y avait sans doute moyen de procéder autrement. En 2017, Reims n’avait pas donné le sentiment de dérouler autant le tapis rouge à Amiens, quand bien même il y avait bon nombre de places mises à disposition, mais au compte gouttes, sans qu’une tribune entière soit mobilisée. La symbolique est forte.

TeamAJA : Nous avons en commun d’avoir le même coach, Christophe Pelissier, qui nous a conduit vers les sommets, quels souvenirs gardez vous de lui ? (Une animation d’avant match va d’ailleurs lui être consacrée)

Le 11 amiénois : Que dire de Christophe Pelissier, si ce n’est qu’il a été un faiseur de miracles lors de son passage à Amiens.

A son arrivée en décembre 2014, il récupère un club qui végète en National depuis deux ans et demi, qui peine à apparaître comme un candidat crédible à la montée. Après six mois d’adaptation, il parvient à faire venir son staff et c’est le point de départ d’une aventure extraordinaire. En deux ans, il propulse le club en Ligue 1, avec des matches mémorables, un état d’esprit irréprochable une ligne de conduite qui n’a jamais changé. A tout jamais, il sera vu comme un héros à Amiens.

C’est pour cela que son départ en mai 2019 a fait tant de remous. Car plus que faire monter le club, il a aussi et surtout réussi à le maintenir pendant deux ans en Ligue 1, le tout avec des moyens ultra limités. A ce moment-là, il prenait sans doute trop de place pour certains dirigeants, le succès d’Amiens était trop lié à Christophe Pelissier à leurs yeux. Dès lors, le club a orchestré son départ en lui faisant une première proposition de prolongation irrespectueuse, lui proposant de continuer sans avoir la garantie de garder son staff et avec un objectif de top 10 sans moyens en inadéquation.

Dès lors, le lien de confiance a définitivement été rompu et Christophe Pelissier a préféré aller tenter sa chance à Lorient, quitte à redescendre d’un étage. Depuis, il a fait monter deux clubs et Amiens est descendu la saison suivant son départ, cette fameuse saison où le club était censé jouer le top 10… Christophe Pelissier a donc laissé un souvenir impérissable en Picardie il est à jamais le premier et jusqu’ici l’unique à avoir amener Amiens en Ligue 1. Son ombre plane encore au-dessus de la Licorne.

TeamAJA : Lors du match aller vous aviez gagné contre le cours du jeu, avez vous pensez à l’époque que l’AJA finirait championne de France de ligue 2 ?

Le 11 amiénois : C’est toujours facile de dire oui, après coup. Maintenant, Auxerre a fait partie de mes favoris dès le départ et cette défaite, imméritée au passage, n’a pas changé ma vision des choses. Déjà, parce que l’effectif en présence est tout ce qu’il faut réussir en Ligue 2, autant pour les joueurs que les hommes qui le composent. Les profils sont typés Ligue 2, la mentalité des joueurs également. Puis, Christophe Pelissier et son staff connaissent le chemin pour aller au bout. En trois saisons en Ligue 2, il vient d’obtenir sa troisième montée. Il n’y a pas de hasard dans le football. A partir du mois de septembre, j’ai compris qu’Auxerre ferait partie des deux premiers. C’est sans nul doute la meilleure équipe de ce championnat et d’assez loin. Elle a été la plus complète, la plus constante et la plus spectaculaire. C’est un très beau championnat.

TeamAJA : Même si vous n’avez plus rien à jouer, voyez vous l’ASC tentait de gâcher la fête annoncée ? Quel est votre pronostic pour vendredi soir ?

Le 11 amiénois : Amiens n’a jamais été aussi bon que face aux gros cette saison. Outre Auxerre à l’aller, Saint-Etienne à l’aller et au retour et Angers au retour ont également mordu la poussière contre les Amiénois. Premièrement, parce que ce sont des configurations de match qui vont bien à Amiens, qui n’aime pas faire le jeu et qui n’est jamais aussi bien que quand l’adversaire se livre et lui laisse des espaces.

Surtout, cette équipe a donné le sentiment d’avoir une motivation à géométrie variable cette saison. On l’a vu se mettre le cul par terre sur certains matches et ne pas afficher le même engagement dans d’autres contextes. Pour preuve, certains joueurs reviennent de blessure pile pour ce match contre Auxerre. Tout au long de la semaine, le groupe s’est motivé, à base de tout le monde nous voit perdre, certains viennent nous voir perdre contre le Auxerre de Pelissier…

Il y a une motivation différente. Amiens va tout donner pour sauver sa saison à domicile (ndlr 13e bilan) en s’offrant une dernière victoire de prestige. Pour autant, je reste persuadé que tout dépendra du niveau d’implication d’Auxerre. S’il y a un quelconque relâchement, Amiens va s’engouffrer. Par contre, si Auxerre joue au niveau qui est le sien depuis le match contre Laval, il n’y a pas photo à mes yeux. Je vais miser sur une victoire 2-0 de l’AJA.

TeamAJA : Les joueurs se sont donnés des objectifs “secondaires” comme de battre le record de points sur une saison, et ça passe par deux victoires sur les 2 derniers matchs. En vrai, il nous manque juste 1 pt pour valider le titre et la montée en même temps, et ce, indépendamment du goal-average. On verra vraiment sur place la motivation de nos bleus et blancs. Bon match à toi et à la communauté amiénoise.

Article publié le 09 mai 2024

🕵️‍♂️ Qui est le joueur mystère du 09/05… ?

Et la réponse est

Taribo West, le défenseur nigérian arrive en Europe et plus précisément à Auxerre à 19 ans. Il est lancé par Guy Roux en Division 1 le 6 mars 1994, contre le Toulouse FC (0-0).

Sa hargne, sa vitesse et sa puissance physique en firent un défenseur redoutable. À coup de grandes et régulières performances, il devient un titulaire indiscutable de l’effectif auxerrois, qui réalise le doublé en 1996 et atteint les 1/4 de finale de la Ligue des champions la saison suivante, éliminé par le futur vainqueur, le Borussia Dortmund (1-3, 0-1).

À l’issue de cette saison 1996-1997, il rejoint l’Inter Milan, équipe avec laquelle il remporte en 1998 à Paris la Coupe UEFA. À partir de 1999, il parcourt le monde du football, changeant souvent de club et de pays. Il termine sa carrière en Iran, au Paykan Tehran FC.

Thierry Henry a déclaré que West est l’adversaire direct qui lui a donné le plus de fil à retordre, du fait du marquage individuel imposé par Auxerre : “Il me suivait partout, même dans les vestiaires”.

Article publié le 09 mai 2024